Historique

HISTORIQUE DE L’ECOLE DE SAGES-FEMMES DE MARSEILLE [1]

Dès 1776, c’est à dire 50 ans avant la date de création de l’école de sages-femmes de Marseille, l’obstétrique était déjà enseignée au sein du Collège de Chirurgie et une chaire d’accouchements fut créée dès 1787. Le Pr. Rodolphe BARLES était le seul enseignant d’obstétrique connu à cette époque.

Par ailleurs, devant le refus de l’administration de l’Hôtel Dieu, Antoine Barthélemy CLOT, chirurgien, ouvrit en ville en 1821, un cours public où il enseigna l’anatomie, la pratique médicale et celle des accouchements.

L’école de sages-femmes de Marseille a été créée et inaugurée en 1826.

Ses premiers enseignants furent les docteurs André CAUVIERE et Jean-Baptiste DUCROS.

Les conditions d’admission à l’école de sages-femmes étaient les suivantes :

  • être âgée de 18 ans révolus à 35 ans maximum et de sexe féminin,
  • savoir lire et écrire,
  • être de bonne vie et mœurs,
  • produire lors de l’inscription un certificat de moralité délivré par le maire de la commune attestant que l’intéressée savait lire et écrire,
  • fournir le consentement obligatoire du père, de la mère ou du tuteur pour les mineures (la majorité était à 21 ans), ou de l’époux pour les femmes mariées.

L’enseignement était dispensé par les chirurgiens de la maternité et surtout par la maîtresse sage-femme. Leur manuel de référence était Le catéchisme, rédigé par BAUDELOCQUE (obstétricien à Paris), imprimé à plus de 6000 exemplaires. L’abrégé de son ouvrage, L’Art des Accouchements, parut en 1781.

Les examens de fin d’année étaient évalués par les professeurs, et en présence des personnes responsables de l’administration de la Maternité. Le diplôme était alors délivré par la faculté de médecine de Montpellier puisqu’il n’existait pas encore de faculté à Marseille.

Pour les élèves, la discipline était draconienne, presque carcérale : elles ne pouvaient sortir que 6 fois au cours de l’année scolaire, sur demande de la famille, après avis de la maîtresse sage-femme et accord de l’administration. Les élèves permissionnaires devaient rentrer le soir même sous peine d’exclusion. Elles ne pouvaient recevoir leur famille qu’au parloir, et en présence d’une surveillante.

Les étudiants en médecine n’avaient pas le droit de rentrer dans la maternité.

Le siège géographique de l’école de sages-femmes s’est modifié au cours du temps, suivant la localisation des maternités.

L’hospice de la maternité intégré au sein de l’Hôtel-Dieu (Hospice de l’Humanité), accueillait les femmes en couches dans des salles communes de 1793 à 1813, puis dans un service distinct sous les combles de l’hôpital de 1813 à 1824, date à laquelle il fut transféré dans le local de la Madeleine, voisin du Refuge et de l’Entrepôt.

L’école de sages-femmes créée en 1826 s’installa au Refuge. En 1832, maternité et école d’accouchements, sous la direction du Pr. Etienne VILLENEUVE, s’installèrent dans la maison du Sauveur, aux Allées de Meilhan (actuelles Allées Gambetta).

En 1837, l’école de sages-femmes fut transférée dans l’ancien couvent des Grandes Maries, paroisse de l’Hospice de la Charité.

En 1864, maternité hospitalière et école de sages-femmes s’installèrent à l’hôpital du Petit Camas (Hôpital de l’Immaculée Conception), rue St Pierre.

http://maieutique.univ-amu.fr/sites/maieutique.univ-amu.fr/files/eleves_sf_19e_siecle.jpg

Elèves sages-femmes – Marseille – fin du XIXème siècle

C’est ainsi que cohabitèrent à l’hôpital de la Conception, deux écoles de sages-femmes et deux services d’obstétrique : la Maternité hospitalière d’une part et la Clinique Obstétricale (universitaire) d’autre part. Cette situation perdura même après le transfert de la Maternité à la Belle de Mai en 1920.

http://maieutique.univ-amu.fr/sites/maieutique.univ-amu.fr/files/maternite_hospitaliere_belle_de_mai_1930.jpg

Maternité hospitalière de la Belle de Mai – Marseille -  vers 1930

Lors de la fermeture de l’école de sages-femmes de la Clinique Obstétricale, en raison de l’absence de locaux pour l’internat des élèves, seule a persisté l’école de sages-femmes de la Belle de Mai. Cette dernière assura la formation sage-femme jusqu’en 1996, date à laquelle elle fut transférée à l’Hôtel-Dieu, pour y rejoindre d’autres écoles et instituts de formation en santé de l’AP-HM. En septembre 2003, suite à une convention passée entre l'AP-HM et l'université, l’école de sages-femmes a emménagé dans les locaux de la faculté de Médecine de Marseille - secteur Nord - où elle se trouve toujours aujourd’hui. Cette localisation géographique fut la première étape d'un long processus d'intégration universitaire, achevé le 1er septembre 2010, avec la création de l’école universitaire de maïeutique de Marseille, EU3M, treizième composante de l’université Aix-Marseille et première école universitaire de sages-femmes en France.

 

[1] Rédigé à l’aide des notes du Dr Henri RUF, Professeur Honoraire à la Faculté de Médecine de Marseille, que nous remercions pour cette précieuse contribution.